Sites partenaires
 

titre_rubrique

Le compostage individuel

C'est quoi ?

Le compostage, c'est la transformation des déchets organiques en un produit fertile appelé compost ou humus.
Le compostage individuel consiste à reproduire ce qui se passe naturellement dans nos forêts. Les matières en compostage sont transformées, en présence d'oxygène et d'eau, par des micro-organismes (bactéries, champignons...) et d'autres organismes (lombrics, cloportes, acariens...). Sous l'action de ces divers organismes, la matière organique se dégrade lentement au fil des mois et se transforme en produit très utile en agriculture et en jardinage : le compost.

Déchets à composterDéchets à ne pas composter
Epluchures de fruits et légumes
Fruits et légumes pourris
Filtres et marc de café
Sachet de thé et infusion
Coquilles d'oeufs
Restes de repas sans viande
Tontes de gazon
Tailles de haies (en petits morceaux)
Déchets de potager et fleurs fanées
Mauvaises herbes (non grainées)
Branchages de petites tailles
Cendres de bois, sciures et copeaux de bois
Feuilles mortes
Viande et reste de viande
Agrumes
Produits laitiers
Poissons et fruits de mer
Huile de friture
Litière d'animaux
Végétaux malades
Branches grosses tailles
Végétaux traités
Terre, sable, gravats
Sacs et poussières d'aspirateur

ATTENTION

  • aux tailles de haies et branches qu'il vaut mieux broyer avant
  • aux graines de certaines plantes (tomates, mauvaises herbes...) qui peuvent regermer
  • les coquilles d'œufs se décomposent difficilement mais leur usure apporte des éléments minéraux

Intérêts du compost pour le sol et les plantes

Le compost est un terreau écologique de très bonne qualité issu de la décomposition biologique de matières organiques en présence d'air. Il est bénéfique pour le sol et les plantes en leur apportant des éléments nutritifs. Ces éléments sont des nutriments minéraux à libération lente et progressive : azote, phosphore, potasse et oligo-éléments.
Il renforce la vie biologique du sol, il permet de mieux garder l'eau dans le sol, surtout en été, et renforce également la résistance des plantes aux maladies.

Pourquoi pratiquer le compostage individuel ?

Le compostage permet de limiter la quantité d'ordures ménagères à traiter. Le recours à l'incinération, à la mise en décharge et au transport des déchets est ainsi réduit. Il permet aussi à la famille de faire des économies sur l'achat de terreau, de tourbe et d'engrais.

Techniques du compostage

Pour produire un bon compost, il faut respecter 3 règles

1. Mélanger les déchets entre eux

On distingue deux catégories de déchets à composter :
  • les déchets carbonés et secs : tailles, branches, herbes sèches, sciure...
  • les déchets azotés et humides : déchets de cuisine, tontes de gazon...
L'idéal est d'apporter environ 1/3 de déchets carbonés contre 2/3 de déchets azotés.
Pour réaliser ces mélanges, il faut soit brasser les déchets dès le départ, soit les disposer en couches minces alternées si c'est possible.

2. Aérer les matières

Le processus de compostage a besoin d'oxygène. Cet oxygène permet le travail des micro-organismes, et évite le pourrissement des déchets et les mauvaises odeurs. C'est pourquoi il faut régulièrement aérer le tas en le retournant à l'aide d'une fourche.

3. Surveiller l'humidité

Il faut ni trop d'humidité ni trop peu. Lorsque l'humidité est insuffisante, les déchets se dessèchent, les micro-organismes sont inactifs et le processus s'arrête.
Certains déchets sont difficiles à composter s'ils ne sont pas broyés ou fragmentés : tailles de haie et branchages. Si vous avez un broyeur n'hésitez pas à l'utiliser sinon vous pouvez en louer un dans l'année.

Quand et comment utiliser son compost ?

Le processus de compostage peut prendre de deux mois à deux ans selon les déchets utilisés et l'effort fourni.

1. Comment savoir que votre compost est mûr ?

Un compost mûr se caractérise par un aspect homogène, une couleur sombre, une agréable odeur de terre de forêt et une structure grumeleuse qui s'émiette. Sa texture est fine et friable.
Dans un compost mûr, vous n'arriverez plus à identifier les déchets de départ à l'exception de ceux qui se décomposent plus difficilement (coquilles d'œufs, morceaux de bois...). Pour les déchets les plus lents à se décomposer, il suffira de les incorporer dans un nouveau cycle de compostage.

2. Avant maturité (en paillage)

Vous pouvez disposer votre compost avant maturité en paillage sur la terre, aux pieds des arbres ou sur des cultures déjà avancées, mais pas sur des jeunes plans. Vous pouvez utiliser d'autres éléments pour réaliser un paillage (feuilles mortes, tontes de pelouse ou déchets de taille broyés).
Le paillage permet de lutter contre les mauvaises herbes et limiter les arrosages, en diminuant l'évaporation de la terre tout en apportant de la matière organique à dégradation lente au sol.
En hiver, il participera à la protection de vos plants contre le gel.

3. A maturité

Un compost à maturité peut avoir de nombreux effets bénéfiques sur le sol et les végétaux. Il peut-être utilisé de différentes manières :
  • L'amendement organique : le compost mûr est épandu et incorporé au sol comme on le ferait avec du fumier. Il apportera ainsi toutes ses qualités fertilisantes pour le sol et les cultures à venir. On peut sans hésiter faire des apports de plus de 10 litres par m2.
  • Le terreautage du gazon : le compost mûr et fin est nécessaire pour cet usage qui consiste à amender la pelouse en l'épandant légèrement à la surface.
  • Le support de culture : on peut utiliser un compost bien mûr en mélange avec de la terre de jardin pour fabriquer son propre terreau qui sera utilisé pour le rempotage, les semis et les plantations. Il ne faut pas utiliser le compost pur car trop riche, il pourrait brûler les racines ou semis.

Compostage en tas ou en bac : à chacun sa manière

Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients. Pour faire son choix on prendra en compte la place disponible, la quantité de déchets à composter, le voisinage et le temps à consacrer à cette activité.

1. Le compostage en tas

Cette technique consiste à regrouper les déchets directement sur le sol afin de former un tas d'une hauteur variable (0,5 à 1,5 m). Il n'y pas de contrainte de volume et les déchets sont facilement accessibles pour être surveiller. Le compostage en tas est une bonne technique pour ceux qui ont une grande surface de jardin et/ou de potager mais les déchets sont un peu plus longs à se dégrader (entre 6 mois et 1 an pour obtenir un compost mûr).

2. Le compostage en bac

Un composteur se présente sous la forme d'une structure en bois, en métal ou en plastique. Le compostage en bac permet de fabriquer du compost même si on dispose de peu de place. On peut obtenir du compost mûr plus rapidement qu'en tas (4 à 5 mois). Le bac à compost convient uniquement pour les petits volumes. Il faut y consacrer du temps, le surveiller souvent pour éviter le dessèchement et les mauvaises odeurs. Le brassage n'est pas toujours aisé pour aérer le tas.

A quel endroit composter dans le jardin ?

Le tas ou le bac à compost sera placé ni trop prés ni trop loin de votre habitation. Il doit être facilement accessible et vous devez avoir suffisamment d'espace autours afin de pouvoir le retourner aisément. L'idéal est un endroit caché, bien drainé, à mi-ombre et à l'abri du vent.

Fabriquer soi-même son propre composteur

Pourquoi acheter ce que l'on peut faire soi-même avec peu de moyens ? Concevoir son propre composteur permet de l'adapter à son jardin et à ses besoins. Pour se faire il suffit d'utiliser du bois de récupération, des palettes inutilisées, un box en parpaings...

Pour vous aider à fabriquer vous-même votre bac à compost, voici ci-dessous des liens à consulter.
www.aujardin.info/fiches/faire_composteur.php
www.consommerdurable.com
www.terrevivante.org/543-construire-un-silo-a-compost.htm
www.cc-pays-filliere.fr/FABRIQUER-SON-COMPOSTEUR
Site créé et géré par le service communication de Vitry-le-François - Mentions légales